Ce que nous ne finançons pas

  • Les groupes dont la promotion des droits des femmes, des filles ou des personnes trans ou intersexuées ne constitue pas la mission et la priorité fondamentales ;
  • les groupes visant à améliorer les conditions de vie individuelles des femmes, des filles ou des personnes transgenres, sans s’attaquer fondamentalement aux circonstances qui créent les injustices ;
  • Les groupes qui cherchent activement à nier les droits de certaines femmes, filles, personnes trans et intersexuées du fait de leur identité, de leur travail ou de leur position dans la société ;

  • les groupes dont la priorité principale est le développement, l’assistance humanitaire, ou ayant une mission caritative du type ;

    • services sociaux ou soins médicaux
    • éducation formelle ou informelle, programmes d’alphabétisation et formations aux activités traditionnelles
    • activités génératrices de revenus et de programmes de crédit
  • les groupes dirigés par des hommes (à l’exception des hommes transgenres) ;
  • les groupes basés dans le Nord qui mettent en place des programmes dans le Sud et l’Est, ou qui ont établi un partenariat avec des groupes qui y ont leur siège ;
  • Les groupes fondés par des partis politiques, des agences gouvernementales ou des institutions religieuses, ou qui en dépendent de façon structurelle ou économique ;
  • les entreprises ;
  • Dans le cadre des attributions de subventions issues du Fonds de l’Amour radical annoncées plus tard cette année, nous ne soutiendrons que les candidatures individuelles ;

  • la recherche universitaire ou les bourses d’études ;
  • les bourses de voyage isolées (les frais de voyage peuvent cependant être inclus dans des demandes de subventions plus larges à condition qu’ils soient conformes à la mission et aux stratégies du groupe).

Voudriez-vous voir des exemples du type des groupes que nous soutenons?