1 novembre 2019

La justice environnementale est un sujet féministe

Erika Mandreza Sales
Cet article a été écrit par :

Erika Mandreza Sales

Appui aux groupes et mouvements féministes de défense de la justice environnementale du monde entier


Qu’est-ce que la poursuite féministe de la justice environnementale ? C’est notre réponse face à la dégradation de notre environnement. Le capitalisme entraîne une consommation massive des ressources de notre planète dans la poursuite sans fin d’une croissance économique, et ce, au détriment de l’équilibre écologique de notre planète. Les changements climatiques et le réchauffement planétaire comptent parmi les effets néfastes qui se font déjà ressentir. Nous vivons au-dessus de nos moyens, et cela a un prix. Mais les populations qui en font actuellement les frais sont réparties de façon inégale à travers le monde. Et celles qui sont les moins responsables des changements climatiques et de la dégradation de l’environnement subissent les plus gros impacts.

Quelles sont les populations les plus affectées ? Les femmes, les filles et les personnes transgenres et intersexuées, qui non seulement subissent les effets des dommages environnementaux, mais également les oppressions et les actes de violence qui s’entrecroisent dans leurs situations respectives. C’est également le cas de diverses populations dans le monde qui sont racialisées, ethnicisées et autochtones.

Alors, comment définit-on la justice environnementale ?

La justice environnementale est une résistance face à la dégradation de l’environnement et aux injustices. Elle permet d’assurer une bonne qualité de vie et le bien-être des générations futures. Il s’agit de maintenir nos relations harmonieuses avec la nature. La justice environnementale reconnaît que les ressources de notre planète et sa capacité à les renouveler sont limitées. Ainsi, elle vise un équilibre écologique et la justice sociale. Pourquoi ? Afin que les générations actuelles et futures puissent vivre en harmonie avec la nature, notamment les communautés qui sont vulnérables face au capitalisme, au colonialisme, au patriarcat et au racisme.

Selon la vision de Mama Cash en matière de justice environnementale, les femmes, les filles et les personnes transgenres et intersexuées doivent pouvoir résister face aux injustices environnementales et mettre en œuvre des cadres alternatifs qui sont équitables sur le plan environnemental, afin de vivre dans un monde durable. Nous permettons aux groupes féministes de défense de la justice environnementale de tisser des liens entre eux et nous les soutenons grâce à des subventions et des initiatives d’accompagnement. Nous pensons que la solution durable pour éliminer les inégalités et les injustices que subissent des millions de femmes, de filles et de personnes transgenres et intersexuées consiste à appuyer ces groupes et ces mouvements. Nous soutenons les groupes autogérés qui proviennent traditionnellement de communautés marginalisées. Ce sont eux les mieux placés pour comprendre pleinement la situation dans laquelle ils se trouvent et y apporter des solutions. De plus, grâce à des ressources et à un appui, ils parviennent à changer la donne !

Non seulement les groupes de défense de la justice environnementale que soutient Mama Cash résistent, mais ils sont également en train d’établir des alternatives au fonctionnement non viable de nos sociétés actuelles.

 

 

 

Résistance

Les groupes féministes de défense de la justice environnementale résistent au pouvoir des entreprises et au pouvoir étatique. Ils défendent leurs territoires, leurs communautés et leur environnement contre les effets destructeurs des activités extractives et des projets agricoles et immobiliers. Ils appellent à une justice climatique, car ceux qui sont les moins responsables des changements climatiques en subissent les plus graves conséquences. Au travers de leurs actions de résistance, ces groupes remettent en cause les modèles de développement et de progrès axés sur le profit. Dans ce cadre, ils affrontent divers acteurs puissants tels que les gouvernements et les entreprises. Ils luttent pour leurs droits à participer pleinement aux prises de décisions qui affectent leurs environnements.

Tous les militants environnementaux sont menacés, mais parmi eux, les femmes, les filles et les personnes transgenres et intersexuées sont également confrontées à la violence basée sur le genre, y compris des actes de violence sexuelle, de harcèlement et d’intimidation, et même des meurtres. En outre, les femmes, les filles et les personnes transgenres et intersexuées qui militent pour la défense de l’environnement subissent des attaques et des intimidations au sein de leurs propres communautés.

Les dirigeantes et les organisations autochtones du Réseau des femmes autochtones BAI aux Philippines résistent aux agressions du développement et à la militarisation dans le pays, tout en luttant pour le leadership et la participation des femmes autochtones aux prises de décisions sur les politiques et les programmes qui les affectent ainsi que l’environnement. Au Nigeria, l’Association de développement Wanel-aedon (Waneledon), un groupe de femmes rurales provenant de communautés qui dépendent des forêts, luttent contre l’annulation de leurs titres de propriété foncière dans le cadre d’un projet de construction d’une autoroute. Au même moment, en Bolivie, les femmes autochtones mestiza et campesina de l’association Red Nacional de Mujeres en Defensa de la Madre Tierra (RENAMAT) provenant des provinces boliviennes d’Oruro, de La Paz et de Potosi défendent leurs territoires et luttent pour les droits de la Terre mère.

Alternatives

Selon leur situation géographique, les groupes que Mama Cash soutient adoptent différentes approches dans leur objectif d’instauration d’un monde équitable sur le plan environnemental. Ils envisagent d’autres options que le modèle actuel de croissance économique universel et linéaire. Certaines de leurs idées proviennent également de communautés qui ont perpétué le mode de vie durable qu’elles avaient avant l’arrivée de sociétés extractives et de projets agricoles et immobiliers destructeurs.

Les groupes féministes de défense de la justice environnementale promeuvent des alternatives axées sur la communauté ou sur le pouvoir collectif et la solidarité. Ils proposent de changer notre rapport à la nature ainsi qu’aux femmes, aux filles et aux personnes transgenres et intersexuées. Ce sont l’égalité, la liberté et l’interdépendance des droits qui doivent prévaloir, pas les concepts tels que celui de la domination. Les groupes que nous soutenons font appel aux pratiques et aux systèmes de prise de décision qui sont féministes, autochtones et locaux. Ils promeuvent des connaissances et des pratiques qui protègent l’environnement. Et ils proposent diverses solutions pour faire face aux changements climatiques, dont les énergies renouvelables et l’agriculture durable.

Dans la région de Mindanao du Nord aux Philippines, des agricultrices autochtones et paysannes de la fédération AMIHAN de la région de Mindanao du Nord (NMR) mettent en œuvre un programme d’adaptation face aux changements climatiques comprenant la promotion de l’utilisation de semences biologiques dans l’agriculture durable. Un réseau régional de femmes rurales qui participent au mouvement de protection des droits fonciers en Afrique australe, l’Assemblée des femmes rurales (RWA), promeut l’agroécologie, des méthodes agricoles et de préservation des semences qui sont résilientes face aux changements climatiques et l’avancement de l’économie verte à l’échelle locale. Au Guatemala, les femmes autochtones et rurales de l’association Consejo de Mujeres Indigenas y Biodiversidad (CMIB) se consacrent à la protection de connaissances ancestrales et à la conservation par des pressions et des initiatives de plaidoyer en faveur de l’environnement aux niveaux national, régional et international.

Mama Cash croit dans le pouvoir collectif des groupes et mouvements féministes de défense de l’environnement. Les groupes que nous soutenons contribuent à assurer une bonne qualité de vie et le bien-être des générations actuelles et futures, ainsi qu’au maintien de nos relations harmonieuses avec la nature. Leur militantisme féministe pour la justice environnementale porte ses fruits !

Partager cet article

Do you want to support the environmental justice movement? Sign up for our newsletter to learn what you can do